News

Solo show  »NATUROSCOPIES  », Galerie de l’ Ecu de France, Viroflay, France.

 » Humanoïdes translucides aux corps investis d’organes transplantés, silhouettes mutantes informatiquement recodées, cuirasses diaphanes et arachnéennes, vêtements orientaux séculaires gravés aux lasers, kimonos aux fils luminescents assemblés par colle thermo-fusible, galets en apesanteur, compositions de coléoptères et colonnes végétales… Voici un petit panel non-exhaustif des étranges créations/créatures de Brigitte Amarger qui seront exposées à l’Ecu de France à partir du 16 décembre 2017. Oeuvres déroutantes, dont une grande partie sont faites à partir d’un support très particulier : des radiographies.

Brigitte Amarger commence à œuvrer dans la tapisserie et le textile, puis se lance dans un parcours où elle innove à tout va, aussi bien au niveau des supports et des matériaux (colle thermo-fusible, fils luminescents et rétro-réfléchissants, imagerie médicale…) que des traitements qu’elle leur réserve (broderie, perforation, gravure, découpe au laser…)

En résulte une œuvre protéiforme, qui emprunte au graphisme, à la sculpture, à la gravure, au textile tout en conservant une étonnante cohésion autour de leitmotivs essentiels.

Car malgré la diversité des supports et techniques employés, ces figurations partagent les mêmes thématiques autour de la mémoire, autour de ce qui demeure ou disparaît dans le fait d’être recouvert, réinitialisé, détourné.

La lumière joue un rôle essentiel dans ces créations qui interrogent la nature. Elle vient littéralement animer, voire re-créer les formes et les matières. Ces jeux sur la transparence et la translucidité, concourent pour une large part à cette impression d’être placé devant des oeuvres jamais refermées sur elles-même, mais au contraire, évolutives, ouvertes en permanence sur un devenir. »

Franck Parisis. Viroflay, 2017